MARS 2018 - Préparation du sol et chasse aux vers de hannetons

Publié le par Le Potager Du Poiraud

Mi mars déjà, et il n'y a pas une semaine il faisait -7°. Pourtant, avec la douceur de ce WE (18°C !), l'hiver semble déjà loin, et il est temps de profiter d'un coin de ciel bleu pour préparer le sol aux semis et plantations prochains. 

Les deux objectifs de ce WE étaient de préparer le sol des potagers et de tenter de supprimer les vers de hannetons qui l'infestent... En effet, depuis 2 ans, les hannetons ont décidé de pondre dans le coin, et ils pullulent littéralement, au grand péril des premières plantent qui apparaitront : affamés, ils se jetteront sur leurs racines et ne leur laisseront guère de chance !

Je ne connais que deux méthodes pour me séparer de ces vers voraces : l’éradication manuelle et l’utilisation de vers nématodes, qui les chasseront, mais seulement lorsque le sol sera au moins à 15°C… autant dire que cela risque d’être après la mise en terre des plants et les semis…

Donc, même si je préfère travailler sur sol vivant avec le moins de travail du sol possible, je me résous à tamiser les 20/25 cm de sol pour retirer un maximum de prédateurs. Un vrai labour donc, même si je ne vais évidemment pas tasser le sol, puisque l’opération se fera à la main au sens premier du terme. L’inconvénient va être de déranger les vers de terre (nombreux), voire d’en couper quelques-uns, et d’oxygéner le sol : si cela va donner un coup de boost cette année aux plantes, ce sera au détriment de la richesse du sol les années suivantes, même si j’espère que des apports réguliers en compost viendront limiter ce phénomène.

J’ai donc entrepris les deux premiers bacs, avec la succession d’opérations suivantes :

  1. Enlever le paillage de chanvre
  2. Labourer le sol à la houe, et enlever tous les vers de hanneton possibles
  3. Egaliser le sol
  4. Disperser environ un bol (300 g) de corne broyée (pour ses vertus azotées à diffusion lente) par bac (3.6 m2)
  5. Ajouter 1 cm de lombri-compost (acheté en promo 10 €/sac (!!) chez Leroy Merlin, mais produit extrêmement rare !) sur toute le surface du sol (environ 1 à 1.5 sac de 20 kg pour 3.6 m2)
  6. Ajouter 1 à 2 cm de compost sur le sol (un reste de l’année dernière, autant l’utiliser)
  7. Griffer la surface du sol (quelques premiers cm) pour mélanger un peu tout ça
  8. Repailler pour garder le sol humide, le protéger des végétaux non souhaités.

Eviter la « faim d’Azote »

A cette saison, un paillage fortement carboné comme la paille de chanvre peut entraîner une « faim d’azote » : Il est donc important de suppléer à ce besoin en ajoutant des intrants azotés à diffusion lente. Le compost maison (s’il est bon) sera idéal. Me concernant, je n’en produis pas (j’ai un fort doute sur la qualité de la production de mon composteur) donc j’en achète. Ok, ce n’est pas permaculture à ce stade ;)

Chauffer le sol

Autre point important : paillé avec un matériaux clair comme le chanvre, le sol renvoie la lumière et ne se réchauffe pas aussi vite que s’il est nu. Si je le garde couvert à ce stade, je vais surveiller sa température, quitte à le découvrir en avril / mai, pour qu’il monte à 15°C, température idéale pour planter et semer.

Voilà quelques photos qui illustrent les travaux du jour :

Une petite faim ? Bien grillés.... j'en ai trouvé une trentaine sur 7 m2... probablement pas tous malheureusement.

Une petite faim ? Bien grillés.... j'en ai trouvé une trentaine sur 7 m2... probablement pas tous malheureusement.

On commence par enlever le paillage, et dès le premier coup de Houe.. les premiers vers appraissent...
On commence par enlever le paillage, et dès le premier coup de Houe.. les premiers vers appraissent...

On commence par enlever le paillage, et dès le premier coup de Houe.. les premiers vers appraissent...

Une couche de Corne broyée Solabiol (évitez l'algoflash... probablement moins naturelle). Puis une couche de lombricompost (Tonusol), avant de recouvrir de paillage à nouveau.Une couche de Corne broyée Solabiol (évitez l'algoflash... probablement moins naturelle). Puis une couche de lombricompost (Tonusol), avant de recouvrir de paillage à nouveau.Une couche de Corne broyée Solabiol (évitez l'algoflash... probablement moins naturelle). Puis une couche de lombricompost (Tonusol), avant de recouvrir de paillage à nouveau.

Une couche de Corne broyée Solabiol (évitez l'algoflash... probablement moins naturelle). Puis une couche de lombricompost (Tonusol), avant de recouvrir de paillage à nouveau.

Publié dans Sol, Ravageurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Slilo 02/06/2019 07:16

Sur insectes- net existent des photos qui permettent de mieux les différencier

Slilo 02/06/2019 07:03

Les cétoines ne mangent que de la matière en décomposition donc pas de racines fraîches

Slilo 02/06/2019 07:01

Attention sur ta photo je vois des larves de cétoine qui sont des composteurs !! Au contraire ils sont excellent pour le sol!! On les reconnaît à leur gros derrière il ne faut pas les éliminer .
Les larves de hanneton sont plus jaunes avec une grosse tête ce sont eux qui mangent les racines des plantes

René 07/04/2018 17:29

Bonjour,
d'après votre photo, il semblerait qu'il y ait aussi des larves de cétoine, lesquelles sont utiles pour le compostage.

La Patates 12/06/2018 13:05

Bonjour
Les larves de cétoine se nourrissent exclusivement de végétaux morts, donc absolument sans danger pour les plantes. De plus, les cétoines adultes sont utiles car ils font partie des insectes pollinisateurs.

Le Potager Du Poiraud 08/04/2018 20:58

Effectivement, il y en avait quelques unes.
Certes conseillées pour le composteur, mais néanmoins des consommateurs de racines aussi ;)) Si je pouvais éviter de retourner mes potagers chaque année, ça m'arrangerait, Cétoines ou pas...

Annick Boidron 12/03/2018 21:59

ça n'a pas l'air mauvais du tout ! Merci pour ces conseils.