C'est le moment de planifier les cultures de 2017

Publié le par Le Potager Du Poiraud

Cela sonne comme une bonne résolution pour cette nouvelle année, et l'hiver est une période propice à cette réflexion autour de la planification de mes prochaines cultures, le potager étant au repos.

C'est donc le moment de me pencher sur quelques questions fondamentales comme : 

- Que vais-je planter cette année ? Que vais-je continuer, arrêter ou tester, en fonction de mes expériences passées, et de mes envies

- Que vais-je planter où, à coté de quoi ? Toutes les plantes ne se plaisant pas à coté de n'importe quelle autre, et toutes ayant des besoins différents (exposition, substrat, eau, surface libre, points d'appui,...). 

- Est-ce que je veux tout semer moi-même, ou acheter des plants ? Est-ce que j'ai toutes les graines dont j'ai besoin ?  

- Est-ce que j'ai la place ? Un potiron ou un artichaut prennant par exemple beaucoup de place, il me faut leur trouver un endroit dédié et spécifique.

- Combien de plants ai-je besoin, pour quelle production attendue ? Même si la Nature décidera de la production finale, ce que nous allons planter est lié à nos besoins, notre consommation. Par exemple, nous mangeons 2 courgettes par semaine toute l'année : gratins, soupes, salades, barbecues,... ce qui nous en fait une centaine par an. Si 

En 2016, nous avons produit 29 kg de consommable sur une surface de moins de 10 m2. Même si c'était pour nous une courte année de transition que nous ne pouvons pas prendre comme une réelle année de référence, elle nous a enseigné certaines choses, et nous impose quelques contraintes, comme par exemple la rotation des cultures, pour autant que nous puissions la respecter. 

Plan d'implantation des cultures 2016, sur deux bacs de 3.6 m2 chacun.

Plan d'implantation des cultures 2016, sur deux bacs de 3.6 m2 chacun.

En 2016, nous avons un peu subit les contraintes, et la planification n'a pas été de mise. l'objectif 2017 est donc de revenir sur des principes de base : 

- Faire tourner les cultures autant que possible
- Mieux tenir compte de la taille des plants et de leurs besoins en lumière
- Séparer les cultures d'une même plante afin de limiter la propagation des ravages possibles
- Tenir compte des règles de cohabitations
- Planter surtout ce que l'on aime,
- Explorer de nouvelles espèces de plantes

Ce qui nous donne le plan initial suivant. Je dis "Initial" car en fonction des cycles de croissance, les carrés auront probablement des peuplements très différents d'une période à l'autre. 

Plan d'implantation initial de 2017, sur une surface réelle d'environ 20 m2

Plan d'implantation initial de 2017, sur une surface réelle d'environ 20 m2

Le plan ci-dessus repose sur un concept qui tourne autour de 4 bacs de 3.6 m2, plus 2 m2 de blé en pleine terre (pour commencer), et quelques mètre carrés en pleine pelouse dédiés à quelques artichaut décoratifs et exploratoires, ainsi qu'à un plant de potiron et quelques pieds de framboises.

Je pensais initialement installer 6 bacs au lieu de 4, mais je préfère finalement grandir doucement.

Coté Graines, la ferme Sainte Marthe ou Kokopelli y pourvoiront. 

 

Quelques commentaires : 

- Sur ce plan, le Sud est en bas de la page. Les plantes les plus hautes (tomates, concombres,...) sont donc placées au Nord et à l'Ouest. 
- Nous avons opté pour 4 pieds de Courgette, sachant que nous espérons environ 60 courgettes par pied. Même si la production est deux fois moindre, nous devrions être autonomes à l'année, d'autant qu'elles se congèlent bien.
- Cette implantation nous permet 12 pieds de tomates, sachant que nous avons les graines d'une dizaine d'espèces différentes. De quoi avoir un peu de diversité, en espérant que cette année 2017 sera moins arrosée que 2016, ce qui fut fatal aux tomates. 
- avec 28 pieds de salade, probablement avec une alternance entre les carrés, nous devrions aussi largement subvenir à nos envies
- 2 plants de cornichons grimpants viendront faire une pergola sympathique en nous fournissant de quoi faire des salades. 
- 10 carrés de radis et de carottes devraient aussi nous permettre de récolter ces végétaux en alternance toute la saison. 
- Nos résultats passés ont été décevants pour les épinards, mais je pense que c'est lié à un sol trop léger. je vais donc retenter dans les bacs 3 et 4, pourvus d'une terre végétale plus lourde.
- il faudrait planter beaucoup plus de haricots pour avoir une production réellement intéressante. Mais je double néanmoins la surface en 2017, pour continuer à tester, car j'avais semé tardivement en 2016.
- Coté radis, carottes, basilic et épinards, je vais diversifier les espèces aussi, pour le plaisir et pour tester celles qui se révèleraient les plus adaptées à mon biotope.
- Les carrés de légumes sont tous éloignés les uns des autres : nous n'avons pas prévu de regrouper les poireaux, les épinards ou les haricots, afin de tenter de perturber un peu les prédateurs.
- Le potiron sera isolé dans le fond du jardin, en raison de la très grande surface qu'il occupe. 
- Dans le même esprit, 2 ou 3 pieds d'artichaut viendront faire un massif exhubérant au mileu de la pelouse, entourés d'une "prairie" de fleurs mellifères pour attirer les polinisateurs. A noter que je pense acheter les plants d'artichaut, le semis étant très long.

Avec "seulement" 4 bacs, on peut espérer plus de 20 kg de courgettes, la même chose en tomates, avec un total autour de 60 à 80 kg sur la saison. Nous verrons bien si la réalité s'en approche !

Une dernière chose : je vais équiper le bac N°3 en electroculture : une antenne aérienne d'un coté, connectée à une grille métalique dans le sol. La différence de potentiel de 1.5 v ainsi créée est censée augmenter la production et la taille des légumes. Nous comparerons avec ceux du bac N°4. 

Publié dans Plantations, Planification

Commenter cet article