Electroculture, gag ou réalité ?

Publié le par Le Potager Du Poiraud

Electroculture, gag ou réalité ?

Ce qui est fascinant quand on explore un sujet qui intéresse beaucoup de monde, c'est de constater à quel point les gens sont créatifs.

Aborder le sujet de l'agriculture maraîchère amène rapidement à explorer les concepts de permaculture. Et très vite ensuite, on ne peut que s'intéresser à tout un tas de techniques alternatives, plus ou moins contestées, censées faire pousser nos fruits et légumes plus rapidement, plus gros, en meilleure santé. Le Saint Graal donc.

L'une d'entre elle est l'électroculture. Le principe est simple : "L'électroculture désigne diverses pratiques visant à stimuler la croissance des plantes en les soumettant à des champs électriques ou directement à des courants électriques".

Les personnes qui utilisent la solution rapportent des productions à minima doublées, avec parfois des légumes dont certains sont géants (pomme de terre de 500gr, brocolis de 2m de haut, des choux fleurs de 40cm de diam, des betteraves et radis de 5kg, des panais de 40cm de long...). Les cultures sont aussi plus saines, avec des densités de vers de terre doubles.

La mise en oeuvre est assez simple : Un tube en cuivre surmonté d'une tête en Zinc, le tout planté simplement dans le sol, et pour certains raccordé à un fil tout simple ou à un treillis en acier pour diffuser le courant sur plus ce surface. La démarche me semble durable, faiblement polluante. La différence de potentiel créée entre l'air et le zinc est censée envoyer un courant de 1.5 volt dans le sol en continue.

Electroculture, gag ou réalité ?

Le schéma ci-dessous est un peu perturbant, car d'autres sources donnent le Zinc comme un métal electro-positif en raison de son affinité avec l'oxygène... tandis que l'on trouve le Zinc décrit comme électro-négatif dans d'autre contextes. Le même métal semble donc pouvoir avoir deux usages opposés. Certaines expériences d'électroculture ont été réalisées avec des hérissons en acier galvanisé et non avec du Zinc... ce qui s'explique probablement par le fait que le fer peut être electro-négatif dans certains contextes. Voilà qui me rend perplexe sur ce qu'il convient d'utiliser au final. Il me faudrait un expert en galvanoplastie là !

Au final, j'ai quand même assez envie d'essayer dans un de mes carrés, pour comparer !

Voici quelques détails techniques de mise en oeuvre :

"L'objectif est de créer une antenne en fer galvanisé ou en zinc qui peut se poser sur une tige, perche ou tube en cuivre. On peut aussi utiliser une perche d'un autre matériau (bois,...) du moment que l''on connecte l'antenne avec un fil métallique conducteur à la terre (fil de fer galvanisé ou fil de cuivre) .

Pour créer la tête de l'antenne, il est possible d'utiliser une brosse (ou hérisson) de ramonage, si elle est faite de tiges fines en pointes, tout en acier galvanisé.

L'antenne est posée en hauteur, à au moins à deux mètres du sol, et connectée à la terre via un fil de fer galva enterré nord sud, sur une grande longueur, augmentant ainsi fortement la surface qui bénéficiera de cette électricité naturelle.

L'antenne est toujours posée du coté sud du fil.

Vous pouvez trouver ce genre de brosse dans des magasins de bricolage ou dans les brocantes. Faites attention que les brins soient souples; qu'il s'agisse de fer galvanisé et non de plastique; qu'ils finissent en pointes pour obtenir "l'effet de pointe" et qu'ils soient faciles à fixer sur un poteau ou tuteur."

Au final, dans mon cas, cela pourrait très discrètement se fixer sur la pergola que je vais construire pour faire grimper tomates et capucine :)

Voici le matériel que j'ai acheté pour ce faire :

  • Un hérisson de ramonage. J'ai choisi un modèle carré (en acier galvanisé), car les tiges sont plus pointues que sur les modèles ronds, en particulier dans les angles, ce qui augmente l'effet de pointe. Ce hérisson sera fixé en haut d'un poteau en bois, à environ 2.4 m du sol (je n'ai pas lu de préconisation de hauteur hormis un minima de 2m).. Je suis juste un peu perplexe car aucun modèle en zinc n'est proposé sur le marché, et les sources ne sont pas toujours en phase sur la matière à utiliser. On verra si l'acier galva fonctionne ou pas... il faudrait tenter une mesure avec un volt mètre.
  • Du câble électrique en cuivre
  • Deux petites grilles en acier, avec des trous assez grands pour ne pas gêner le passage des vers de terre : je vais les raccorder au hérisson, à l'aide du câble électrique, et les enfouir verticalement (dans le sens de la largeur) dans le sol de l'un des carrés de potager, pour augmenter la surface de propagation potentielle du courant qui est censé être généré.

Coût total : environ 20 €.

Electroculture, gag ou réalité ?

Rapport d'une expérience et autres sources :

Au passage, une étude tend à démontrer que le simple fait de mettre des piquets où les oiseaux peuvent se poser entraîne l'accroissement de la croissance des végétaux qui sont dessous, en raison des déjections qui les alimentent. Mon carré "témoin" permettra de vérifier si cela a un impact ou pas, puisqu'il sera aussi surmonté des poteaux de la pergola qui doit supporter les capucines : http://www.ru.nl/publish/pages/546385/tomassenetalcanjbot2005.pdf

Publié dans Technique

Commenter cet article