La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable

Publié le par Le Potager Du Poiraud

Comme je le mentionnais dans un article précédent sur les "Tour de Fraises", je n'ai que 3 m2 de surface cultivable à ce stade. J'ai donc entrepris de doubler cette surface en montant une Tour de Fraises et une Tour de Salades.

La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable

J'ai été initialement inspiré par cette réalisation du site suivant : www.bacsafleursbois.com.

Cette réalisation, superbe, se décline en d'autres modèles. Fabriquée en Pin, elle mesure 110 cm de haut, pour 63 cm de diamètre et 400 €. Un prix très justifié à mon sens, vu les coûts de fabrication et des matériaux.

Mais comme cela n'était pas compatible avec les contraintes de mon potager en carré, qui a des cases de 38 cm de coté, j'ai entrepris de fabriquer ma propre version, dans des dimensions plus restreintes : 90 cm de haut, sur 37 cm de coté (extérieur).

J'ai calculé qu'en montant deux Tours de 90 cm de haut, posées chacune sur un carré de 40x40 cm, je vais passer de 3 à 5.5 m2 (équivalent). En pratique, cela signifie que je vais tenter de cultiver 24 plants de fraises et 24 plants de salade sur deux carrés, là où il m'aurait sinon fallu 12 carrés (soit les 2/3 de ma surface nominale).

Des Tours conçues par empilage de carrés

1- J'ai décidé de tester leur résistance à la décomposition avec deux types de bois : du sapin de coffrage de base, à 6.90 € la planche (en 15 cm x 25 mm x 240 cm). Et en chêne (brut) à 29.90 la planche (15 cm * 28 mm * 220 cm). Cette deuxième version fait sensiblement plus mal financièrement, donc, mais j'en espère une plus longue durée de vie. On verra à l'usage :)

2- Chaque tour est conçue par l'empilement de 6 carrés de 15 cm de haut et 37 cm de large, obtenus en découpant les planches en segments de 35 cm de coté environ (en fonction de leur épaisseur). Chaque carré est posé avec une rotation d'un huitième de tour sur le carré précédent.

3- L'intérieur de chaque carré est protégé par un géotextile simplement cloué. Une autre option aurait été de mettre une bâche plastique à la place, pour mieux protéger le bois, mais j'avais déjà ces bandes de géotextile, et je n'aime guère l'idée de ce que les bâches plastiques peuvent larguer dans le sol...

Presque "trop clean" pour un potager ! Un peu plus et j'en faisais un meuble ;)
Presque "trop clean" pour un potager ! Un peu plus et j'en faisais un meuble ;)

Presque "trop clean" pour un potager ! Un peu plus et j'en faisais un meuble ;)

Comme la photo le montre, si on ne peut pas, tel quel, y cultiver tous les végétaux, en raison de la petite taille des orifices, on peut sans problème planter dans chaque trou un plant de fraise, ou un plant de salade (type Feuille de Chêne).

Mon ami Jean-Jacques préférera remplacer les planches de 15 cm par des planches de 10 cm de haut, pour gagner en compacité, et planter plus de plants.

Une astuce pour les positionner facilement

Même s'il n'y a pas tant de carrés à poser que cela, la régularité permet de garantir un certain aspect esthétique, et surtout de proposer des alvéoles identiques partout !

Pour arriver simplement à ce résultat en quelques secondes, j'ai taillé deux petit triangles de bois, qui me servent à positionner les carrés les uns au dessus des autres en quelques secondes.

La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable
La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable
La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable
La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable

Des Ollas pour arroser l'ensemble

J'ai été tellement content de mon arrosage sous-terrain en 2015, que je vais aussi arroser ces Tours de la même manière, en raison de la petite taille des ouvertures, et de la verticalité de l'ensemble.

Pour obtenir une irrigation régulière de chaque plant, je vais utiliser 3 ou 4 Ollas indépendantes, disposées les unes au dessus des autres, pour irriguer toute la hauteur de la Tour. Chacune sera alimentée de manière autonome avec un goutteur 4 l/h de chez Gardena.

Il aurait été possible de connecter toutes les ollas pour n'en faire qu'une, mais cela n'aurait pas permis de garantir que la zone supérieure de la tour aurait été irriguée de manière régulière, alors qu'elle est exposée à plus d'évaporation que les autres en raison de son exposition à l'air libre.

Pour surveiller le bon fonctionnement du processus (automatique) de remplissage, et qu'un goutteur n'est pas bouché par exemple, je vais décaler les ollas les unes des autres, afin de permettre à la fois le positionnement des tubes d'alimentation et l'utilisation de "capteurs de niveau" à base de pailles, comme je l'ai utilisé en 2015. Cela va cependant impliquer un peu de bricolage pour permettre la supervision des niveaux des ollas les plus basses !

Les images ci-dessous montrent le concept d'arrosage intérieur d'une tour, sur la base de 3 Ollas.

Chaque Ollas doit irriguer le volume de terre de 2 carrés de bois. Elle est alimentée par le haut par un goutteur de 4l/h. Chaque opercule de fermeture, constitué simplement d'une soucoupe posée à l'envers, est traversée d'un tube en PVC qui permet à une longue paille équipée d'un flotteur en polystyrène (fabriquée à partir d'un empilage de pailles) de déboucher à l'air libre au dessus de la Tour. Cette paille indiquera le niveau d'eau contenu par l'Ollas, ce qui permettra une surveillance même à distance.

La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable
La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable
La verticale : l'autre moyen d'augmenter sa surface cultivable

Commenter cet article