Epinards : une expérience mitigée à ce stade

Publié le par Le Potager Du Poiraud

Le 26 septembre je semais mes premières graines d'épinards. Presque 3 mois plus tard, j'avoue que je suis perplexe car leur croissance est très inégale, et lente.

Epinards : une expérience mitigée à ce stade

Comme je l'expliquais dans mon premier article sur le thème des épinards, l'objectif initial était de planter un "engrais vert", pour capter l'azote atmosphérique et le réinjecter dans le sol au début de l'hiver, pour compenser la fuite d'azote générée par les chutes de pluies automnales sur des sols encore chauds.

J'avais donc opté pour des épinards, qui sont censés pousser rapidement pour être récoltables en 6 à 8 semaines, ainsi que précisé sur ce site que j'aime beaucoup pour la complétude et la clareté de ses explications. 

Il semblerait que les conditions ne soient pas optimales chez moi, peut-être en raison d'un terreau non argileux, car au bout de 11 semaines, je n'ai encore que des plants de 10 cm maximum...

Il est intéressant aussi de constater que j'ai planté mes graines en 3 vagues espacées de 15 jours : les deux premières vagues ont donné soit des plants anémiés (pour 70% d'entre eux), soit quelques beaux plants, mais à peine plus développés que la 3ème vague, visible ci-dessous, plantée 4 semaines plus tard ! Est-ce lié à l'influence de la lune ? Les calendriers lunaires n'ont pourtant pas permis de confirmer cette hypothèse.

Epinards : une expérience mitigée à ce stade

La température printanière de cet automne a t-elle une influence positive ou négative sur la croissance de ces plants ? Je me perds en conjectures, mais si je continue à espérer pouvoir me faire une salade ou une soupe d'épinards, je n'espère guère pouvoir remettre ainsi de l'azote dans le sol. Il me faudra donc tester d'autres méthodes à la sortie de l'hiver, pour éviter la "faim d'azote" qui serait sinon fatale au jeunes plants du printemps prochain. 

Publié dans Epinards, Plantations

Commenter cet article